Volume 54 Issue 2, July 2023, pp. 106-130

This study investigated potential differences in mental health among children living in sole physical custody (SPC), asymmetric joint physical custody (JPC), and symmetric JPC; and it tested whether children’s age moderated the association between physical custody arrangements and children’s mental health. Using data from the Family Models in Germany (FAMOD) and Norwegian Dynamics of Family Conflict (FAMC) studies, we estimated OLS regression models for children aged 2 to 14. In the German sample, children in asymmetric JPC had fewer mental health problems than children in SPC. However, this difference disappeared when controlling for various background variables, including the quality of parent-child relationships. Additionally, children’s age moderated the association between physical custody arrangements and children’s mental health problems, with increasing age being related to fewer mental health problems in asymmetric JPC. This association remained even after controlling for the background variables. In the Norwegian sample, no differences were found in children’s mental health across physical custody arrangements; nor did children’s age moderate the association. The results of this study emphasize that there may be cultural differences in how children’s mental health is related to their physical custody arrangements. Furthermore, there are modest indications that asymmetric JPC may be related to better mental health among older children in Germany.

Cette étude examine les différences potentielles en matière de santé mentale entre les enfants vivant en garde physique exclusive (SPC), en garde partagée asymétrique (JPC) et symétrique; elle a également vérifié si l’âge des enfants modérait l’association entre les modalités de gardes et la santé mentale des enfants. En utilisant les données des études Family Models in Germany (FAMOD) et Norwegian Dynamics of Family Conflict (FAMC), nous avons estimé des modèles de régression OLS pour les enfants âgés de 2 à 14 ans. Dans l’échantillon allemand, les enfants en situation de JPC asymétrique avaient moins de problèmes de santé mentale que les enfants en situation de SPC. Toutefois, cette différence disparait lorsque l’on tient compte de diverses variables contextuelles, y compris la qualité des relations parents-enfants. En outre, l’âge des enfants modère l’association entre les modalités de garde physique et les problèmes de santé mentale des enfants, l’augmentation de l’âge étant liée à une diminution des problèmes de santé mentale dans le cadre d’une JPC asymétrique. Cette association subsiste même après avoir contrôlé les variables contextuelles. Dans l’échantillon norvégien, aucune différence n’a été constatée entre les enfants en fonction des modalités de garde partagée. De même, l’âge des enfants ne modère l’association. Les résultats de cette étude soulignent qu’il peut y avoir des différences culturelles dans la façon dont la santé mentale des enfants est liée aux modalités de leur garde physique. En outre, il existe de modestes indications selon lesquelles les JPC asymétriques pourraient être liées à une meilleure santé mentale chez les enfants plus âgés en Allemagne.