Volume 70 Issue 1, Winter 2018, pp. 6-10

Purpose: An increased inter-rectus distance (IRD) can persist after a pregnancy and may be associated with lumbopelvic dysfunction. Ultrasound imaging (USI) is currently the gold standard for measuring IRD; however, no study has explored the need to standardize the transducer angle during these evaluations. The purpose of this study was to determine whether the angle of the ultrasound transducer relative to the underlying abdominal wall has an effect on measurements of IRD in parous women. Method: Ultrasound images of the linea alba (LA) were captured from 15 women, at rest and during a head lift, beginning with images acquired perpendicular to the LA at the midline, then tilted in 5° increments to 15° in both the cranial and the caudal directions. Repeated-measures analyses of variance were used to test for systematic differences in IRD measurements among the transducer angles in both the rest and the head-lift conditions. An α of 0.05 was used for all tests. Results: No significant effect of transducer angle was found in IRD measurements acquired with participants at rest (F2.24,31.3=1.814; p=0.18) or during a head lift (F3.15,44.1=1.315; p=0.28). Conclusion: When using USI, cranial or caudal tilt errors in transducer angle do not appear to pose a problem when measuring IRD.

Objectif : une diastase des grands droits (DGD) peut persister après la grossesse et s'associer à une dysfonction lombo-pelvienne. L'échographie est actuellement la norme pour mesurer la DGD, mais aucune étude n'a porté sur la standardisation de l'angle du transducteur pendant ces évaluations. La présente étude visait à déterminer si l'angle du transducteur échographique par rapport à la paroi abdominale sous-jacente influe sur les mesures de la DGD chez les femmes primipares. Méthodologie : les chercheurs ont utilisé les images échographiques de la ligne blanche (LB) de 15 femmes, au repos et pendant qu'elles soulevaient la tête, à commencer par des images acquises perpendiculairement à la ligne médiane de la LB, puis inclinées par incréments de cinq degrés jusqu'à concurrence de 15 degrés dans une orientation crânienne, puis caudale. Ils ont utilisé les analyses de mesures de variance répétées pour vérifier les différences systématiques entre les mesures de DGD selon les divers angles du transducteur, à la fois au repos et au moment de soulever la tête. Ils ont privilégié un taux alpha de 0,05 pour tous les tests. Résultats : l'angle du transducteur n'avait pas d'effet significatif sur les mesures de la DGD prises chez des participantes au repos (F2,24,31,3=1,814; p=0,18) ou qui soulevaient la tête (F3,15,44,1=1,315; p=0,28). Conclusion : à l'échographie, les erreurs d'inclinaison de l'orientation crânienne ou caudale de l'angle du transducteur ne semblent pas poser problème lors de la mesure de la DGD.